Site Web de Vannes Agglomération

Actualités

Golfe du Morbihan – Vannes agglomération et le Burkina-Faso

Culture
27/11/2018
home
Il existe des relations entre Golfe du Morbihan – Vannes agglomération et le Burkina-Faso au travers de l’activité de l’association Sitala Lillin’Ba, basée à Theix, dont le projet associatif est soutenu par l’agglomération.

L’invitation communautaire

En octobre 2017, une délégation d’élus Burkinabè de la ville de Bobo-Dioulasso[1] est reçue à Theix par l’association Sitala.
En retour, à l’occasion de l’ouverture de la « Semaine nationale de la Culture » de Bobo-Dioulasso en mars 2018, le Maire de Bobo-Dioulasso invite les élus communautaires. Une délégation conduite par Yves QUESTEL, Maire de Theix, 1er Vice-Président de l’agglomération séjourne à Bobo-Dioulasso.

Il s’agit alors de développer des coopérations plus marquées avec Golfe du Morbihan-Vannes agglomération, notamment au titre d’échanges culturels et éducatifs, en appui sur l’expertise acquise par Sitala.

La question éducative est primordiale au Burkina-Faso, pays dont 50% de la population a moins de 15 ans, situé au 10e rang des pays les plus pauvres au monde.

[1] - 2e ville du Burkina-Faso / 1.5 million d’habitants, située dans la région des Hauts-Bassins au Sud-Ouest du pays

La composition et mission de la délégation Burkinabé

Sont présents en France entre le 22/11 et le 2/12/2018 M. Antoine ATIOU, Gouverneur de la Région des Hauts Bassins (équivalent du Préfet de région en France) et M. Inassou BELEM, Conseiller technique en charge de la culture au Gouvernorat.

Leur mission est de comprendre l’activité de Sitala France :

  • En correspondance avec le programme  d’éducation par la culture développé par Sitala du Faso au Burkina et saisir en quoi et comment  l’activité de Sitala du Faso accompagne le programme d’éducation à la citoyenneté internationale développé par Sitala France.
  • Par la nature du soutien des collectivités territoriales (Région, Pays de vannes, Golfe du Morbihan – Vannes agglomération) et de l’Etat (Cohésion sociale : programme de jeunes volontaires) à Sitala. A quoi cela sert ici en France ?
  • Pour mesurer en quoi le soutien local en France doit aussi s’accompagner d’un soutien local des collectivités au Burkina Faso. Apprécier les possibilités de coopérations internationales, notamment en matière de solidarité internationale.

Complémentairement, M. ATIOU peut témoigner auprès des élus et autorités locales de ce qu’il connait de l’action de Sitala au Burkina :

  • L’activité de l’association dans les quartiers et les écoles, la réflexion menée avec le « Groupe Projet Sitala » en matière d’éducation. Le programme de volontariat international (accueil d’animateurs burkinabé en Bretagne et de jeunes français au Burkina).
  • De l’intérêt que portent les élus locaux à Sitala, mais aussi des freins administratifs ou politiques qui existent au Burkina.

A son retour à Bobo-Dioulasso, sur la base des éléments trouvés en France, M. ATIOU en sa qualité de représentant de l’Etat disposera de moyens pour accompagner les élus locaux (commune de Bobo Dioulasso / Région des Hauts Bassins) dans les soutiens à développer pour l’activité de Sitala du Faso.

L’association Sitala : une coopération croisée avec le Burkina-Faso

Présente depuis 15 ans sur le territoire (Sarzeau puis Theix), Sitala a développé un projet singulier d’éducation à la citoyenneté internationale, lequel s’appuie sur des échanges culturels avec le Burkina Faso.  L’association s’attache à un travail de coopération croisée et dispose au Burkina d’une association jumelle, Sitala du Faso, laquelle développe à Bobo-Dioulasso un projet d’éducation par la culture.  Ainsi, l’action est partenariale. Elle vise à créer de la richesse économique et sociale, autant en France qu’au Burkina. Cette logique de coopération innovante, basée sur la réciprocité, est au cœur du projet associatif.

L’action en France revêt une dimension éducative (écoles, équipements sociaux, handicap) et culturelle (production de spectacles avec des musiciens burkinabés, actions de sensibilisation aux cultures du monde). L’activité s’organise sur des actions culturelles ou artistiques conduites par des burkinabé en France. Au Burkina, ce sont des actions d’animation socio-éducative qui sont conduites par des français et des animateurs burkinabé formés en France. La culture, et notamment la culture traditionnelle (ce qui fait similitude avec la Bretagne) qui concourt aux équilibres multi-ethniques sont à la base du projet associatif Burkinabé « d’éducation par la culture ».

Les actions menées par Sitala depuis sa création il y a 15 ans ont touché près de 19.000 enfants dans le pays de Vannes. L’implantation sur le territoire de Golfe du Morbihan-Vannes agglomération est solide, appréciée des élus locaux.

Sitala France soutient fortement l’économie de Sitala du Faso. À ce titre, l’association encourage les rencontres entres les autorités locales et régionales respectives pour saisir les besoins, identifier les personnes ressources et ainsi accroître la qualité des rapports coopératifs pour développer l’activité au bénéfice des deux associations en Bretagne et au Burkina.

Le Burkina Faso : un pays à accompagner

Anciennement République de Haute-Volta, le Burkina Faso (littéralement le « pays des hommes intègres », nom donné en 1983 par le révolutionnaire Thomas SANKARA, figure tutélaire du pays, assassiné en 1987), est frontalier avec le Mali au nord et à l'ouest, le Niger à l'est, le Bénin au sud-est, le Togo et le Ghana au sud et la Côte d'Ivoire au sud-ouest.

Depuis son indépendance (1960), le Burkina Faso a connu plusieurs régimes politiques alternant Etat de droit et Etat d’exception. Depuis 1991, le pays a officiellement opté pour un système politique démocratique en adoptant une constitution par voie référendaire et en organisant des élections présidentielles et législatives. Depuis novembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré dirige le pays. Il est le deuxième président civil depuis l'accès à l'indépendance du Burkina Faso.

Géographiquement enclavé et sans accès à la mer, le Burkina Faso est l'un des dix pays les moins développés au monde. Un tiers de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté. L’économie est principalement agraire (32% du PIB pour 80% de la population active) et le pays compte une très importante diaspora qui concourt à son économie : 7.5 millions de Burkinabè vivent dans d’autres pays d’Afrique pour 19 millions au Burkina.

Multiethnique (60 ethnies et langues recensées) et multiconfessionnel (60,5 % de musulmans, 23,2 % de chrétiens, 15,3 % d'animistes), Le Burkina Faso a vu sa population multipliée par 5 en 50 ans. 50 % de la population à moins de 15 ans. L’espérance de vie est en moyenne de 55 ans. L'analphabétisme y est majoritaire.

On peut retenir parmi les enjeux majeurs du pays :

  • Les risques inhérents au réchauffement climatique sur la partie subsaharienne de l’Afrique (accès à l’eau…).
  • Le développement économique d’un pays enclavés, pauvre en ressources.
  • L’indépendance énergétique.
  • La surpopulation du souscontinent africain.
  • Les enjeux d’éducation et de santé.
  • Les menaces terroristes qui découlent des guerres ″asymétriques″ qui fragilisent la sécurité du continent.

L’économie du pays repose en grande partie sur l’aide internationale.

« Sitala Kounou » : un projet artistique franco-burkinabé

Les échanges avec le Burkina-Faso comportent un important volet culturel.

Subventionné par le « Pays de Vannes » au titre du programme européen Leader, le projet « Sitala–Kounou » vise à professionnaliser un groupe de musique franco-burkinabé. « Composé » entre la France et le Burkina, ce projet mélange des musiciens des deux pays sur un répertoire qualifié de « Rythm’n’brousse ». L’aide permet de cofinancer les résidences artistiques, prestations externes, frais de déplacement et de faire des temps de résidence sur le territoire rural du Pays de Vannes.

Coaché par « Gambeat », bassiste de Manu CHAO et de « Radio Bemba », le groupe « Sitala-Kounou » après plusieurs périodes de résidences dans le pays de Vannes, livre son premier concert, avec captation vidéo, le 30/11/2018 à la Petite scène à Saint-Nolff.

L’occasion pour le Gouverneur d’apprécier un des volets culturels de l’action de Sitala entre la France et le Burkina – Faso.

 L’accompagnement communautaire

La position communautaire et l’hypothèse d’un projet de solidarité sont en débat.
On retient des échanges :

  • L’aide à Sitala France pour son soutien au développement de l’action de Sitala du Faso.
  • Des actions croisées d’échanges interculturels par :
    • L’accueil de jeunes volontaires burkinabé dans les services de l’agglomération et/ou d’associations partenaires de Golfe du Morbihan-Vannes agglomération.
    • L’aide au départ de volontaires Français (ou d’agents de la collectivité) au Burkina sur l’accompagnement des projets de Sitala du Faso.
  • Un soutien artistique, ou d’aide à la création (tournées d’artistes burkinabé « Sitala » en région).
  • Le témoignage auprès des institutions porteuses d’actions de coopérations décentralisées du travail mené par Sitala en France et au Burkina-Faso.